[PRESSE] Les étudiants internationaux ne doivent pas être les victimes d’un enseignement supérieur sous doté !

 

28 novembre 2018, Angers

Les étudiants internationaux ne doivent pas être les victimes d’un enseignement supérieur sous doté !

Le 14 novembre, l’apparition d’une note interne au gouvernement laissant apparaître la possibilité d’augmenter les frais d’inscriptions pour les étudiants internationaux, hors union européenne, inquiète la Fé2A et la FAGE. Notre structure a toujours défendu une édu- cation supérieure ouverte et gratuite, nous ne pouvons donc que nous opposer à cette possibilité amenée par le gouvernement.

Sous prétexte d’un manque d’attractivité de l’enseignement supérieur français pour les étu- diants internationaux, le gouvernement oublie les autres points qui freinent les ambitions de ces derniers. Complexité d’obtention des visas, mille-feuille administratif qui ne permetpas la construction rapide et fiable d’un projet ou encore le trop peu d’accompagnementproposé par l’État.

La Fé2A affirme son opposition à une telle hausse qui handicape toute mobilité et va éteindre les ambitions d’études internationales de nombres d’étudiants internationaux. L’An- jou est une région connectée au monde et les établissements d’enseignement supérieur qui s’y trouvent eurent toujours la vocation de s’ouvrir à d’autres cultures, d’autres sociétés dont les étudiants internationaux sont des relais importants. Cette ouverture est une compo- sante fondamentale de la population étudiante angevine, elle fait partie de son ADN. Une hausse aussi brutale de leurs frais d’inscriptions, en plus de n’être justifiée que par depures spéculations, est une profonde entorse aux valeurs étudiantes angevines ainsi qu’à celles de la Fé2A.

Les étudiants internationaux sont déjà la cible de nombreuses difficultés, telles que l’accès aulogement ou à une qualité de vie saine. La Fé2A, comme la FAGE, demande au gouvernement de ne pas entreprendre cette hausse qui leur serait meurtrière. Ils ne doivent pas être les victimes d’un enseignement supérieur sous doté par rapport aux réels besoins des établissements et des étudiants. L’enseignement supérieur français est bien représenté à l’in- ternational, nos universités et écoles sont reconnues pour leurs compétences et unetelle hausse n’aurait que des effets négatifs sur leurs ouvertures à un public issu de différentesclasses sociales, ce qui est contraire aux valeurs républicaines.

Communiqué-Fé2a-étudiants-internationaux-5

Catégories : Presse, Vie à Angers

Les commentaires sont clos.