Axel Lambert, nouveau Vice-Président étudiant de l’Université d’Angers

Suite à la démission d’Emile Cédille, élu vice président étudiant de l’université d’Angers en février 2018, Axel Lambert fut élu pour reprendre son héritage. Étudiant en deuxième année de master en droit international et européen à l’Université d’Angers, possède un passif associatif. Anciennement impliqué dans une association étudiante sur le campus de Laval, il souhaitait s’impliquer plus amplement au service des étudiant.e.s angevin.ne.s à travers cette nouvelle mission.

Faire vivre la démocratie étudiante et sa représentation 

Axel Lambert porte en très haute estime l’engagement étudiant et souhaite en faire la promotion, dans toute sa diversité. Il souhaite pouvoir être l’intermédiaire entre les divers corps étudiants que ce soit les associations ou les syndicats. Il souhaite pouvoir être au plus près de ceux qu’il représente désormais, les étudiant.e.s. Pour ce faire, il s’engage à assurer des permanences sur les différents campus que ce soit sur l’agglomération angevine, sur Cholet ou à Saumur. 

En engagement au service des langues

Bien qu’étudiant en droit, Axel Lambert possède un fort intérêt aux langues. Faisant le constat d’un monde étudiant ayant parfois des lacunes sur la maîtrise du français, il souhaite apporter de nouveaux dispositifs pour faire en sorte d’accompagner et d’aider les étudiant.e.s voulant accroitre leur niveau. 

Sur les langues étrangères, il propose d’entamer une concertation pour l’augmentation des cours de langues dans les différentes formations. Pour une université plus internationale, clé de la réussite étudiante et de l’insertion professionnelle selon lui. 

L’environnement au centre de ses préoccupations

En dehors de la démocratie étudiante et des langues, Axel Lambert souhaite développer et pérenniser l’engagement de l’université d’Angers pour une planète plus verte. Au cœur de son engagement, l’écologie prend une place importante dans sa manière de concevoir l’université de demain. 

Retrouvez sa profession de foi ici.


Crédit : Université d’Angers.

Les commentaires sont clos.